Ma mère est un poisson rouge

un spectacle pour enfants à partir de 6 ans

 

Calendrier de diffusion

Résumé

Ma mère est un poisson rouge, c’est l’histoire d’une amitié; une de ces amitiés fortes faites d’éclats de rires, de batailles d’oreillers, de missions d’espionnage et de secrets d’amour pas vraiment secrets, parce que toute l’école est déjà au courant…  C’est aussi l’histoire de Xavier, de sa mère enfermée dans sa chambre, d’un silence lourd comme un paquebot et de la vie qui reprend le dessus. Parce qu’on n’est jamais seul avec sa peine quand on a des amis sur qui compter.                                                        

 Ma mère est un poisson rouge, se veut avant tout un récit empreint de douceur et d’humour; un souffle irrésistible d’espoir et de joie de vivre !

« C’est l’un des plus beaux spectacles jeune public auxquels j’ai assisté de toute ma vie. L’histoire est magnifique, les personnages sont attachants, la créativité est unique et ingénieuse. Un spectacle qui fait du bien à l’âme et au coeur. »               Chantal Lamoureux, directrice artistique des lieux de diffusion, Ville de Gatineau 

Spectacle Gagnant du prix Roseq/RIDEAU 2014

 

CRÉDITS

Texte et mise en scène
Marie-Christine Lê-Huu

Interprétation
Isabelle Lamontagne
Jean-François Pronovost
Sasha Samar

Scénographie et accessoires
Anne-Marie Bérubé

Illustrations
Catherine Côte

Musique
Olivier Monette-Milmore
Au piano et à l'accordéon :
Isabelle Lamontagne

Éclairages
Jeanne Fortin-L.

Régie ( lumière, son et vidéo)
Maude Serrurier

L’équipe du Théâtre de l’Avant-Pays remercie la Maison des arts de Laval pour son accueil en "résidence" lors de la création du spectacle, la Maison de la culture Frontenac pour son accueil lors de son élaboration finale (expérimentale) ainsi que les élèves et enseignants de l'école primaire Paul-Bruchési.

Mot de l'auteur

Depuis quelques années, par le biais de la télévision jeunesse, je multiplie les rencontres avec des enfants d’horizons et de parcours divers. Je les entends raconter des trajets particuliers, parler de contextes familiaux marginaux qui les poussent constamment à faire preuve de débrouillardise et d’autonomie. L’impression me vient, parfois, que ces enfants jouent les parents à la place de leurs parents en assumant très tôt, par nécessité, des tâches et des responsabilités d’adultes.

Ces enfants sont parfois issus de l’immigration, ce qui engendre éventuellement des situations particulières : vie commune avec une famille élargie; difficulté d’intégration des parents qui se reposent parfois sur leurs enfants pour comprendre les mœurs ou la langue du pays d’adoption; difficulté à trouver un travail suffisamment bien rémunéré, ce qui les oblige à travailler de nombreuses heures par jour, laissant parfois un jeune enfant responsable d’un bébé ou d’une grand-mère en perte d’autonomie… Les exemples de ce genre sont nombreux et variés.

Les enfants de familles immigrantes ne sont toutefois pas les seuls à vivre ce type de situation. Les contextes de pauvreté, de solitude, de dépression parentale créent aussi des milieux de vie marginaux.La rencontre de tels enfants est particulièrement riche d’émotions et d’ébranlements. Mis devant une réalité plus crue que la majorité, ils abordent très directement des sujets sensibles : la mort, la violence, la maladie, le racisme.

Je me suis retrouvée un matin dans une classe de maternelle au sein de laquelle, pendant le tour de table, 9 enfants sur les 12 qui se sont exprimés ont parlé de mort ou de violence, soit en racontant une anecdote familiale, soit en imaginant des événements fictifs. Il y a une certaine banalisation des choses graves dans la mesure où certains les fréquentent de près, avec régularité. Qu’il s’agisse de la police qui arrive au cœur de la nuit, de l’accident de voiture raconté dans ses moindres détails, ou de l’enfant qui raconte une histoire « drôle » peuplée d’oiseaux morts…

Je ne prétends pas aborder toute la gravité de ces situations dans le cadre de Ma mère est un poisson rouge, mais je veux faire état de ces trajets d’enfants-adultes, de leur désarroi, parfois, mais aussi de leur riche imagination. Il me semble essentiel de sensibiliser les enfants au fait que la marginalité cache souvent une réalité humaine complexe, de les inviter à être curieux des autres, à voir la différence moins comme une frontière que comme une invitation.

Marie-Christine Lê-Huu

Objectifs de mise en scène

Avec cette nouvelle proposition formelle, nous continuons à diversifier notre approche du théâtre de marionnettes en explorant le potentiel scénique de l’objet en mouvement dans un espace scénographique ouvert. Nous abordons aussi la cohabitation des formes, par la juxtaposition de différents types de marionnettes et la représentation de plusieurs personnages sous des conformations diverses, et par la manipulation directe des éléments scéniques pour reconfigurer les lieux de façon évolutive.

Nous avons choisi d’intégrer à ce spectacle des outils technologiques simples, permettant des projections d’images en mouvement sur des écrans fixes, ou d’images fixes sur des écrans mobiles (boîtes du déménagement, oreillers de la bataille d’oreillers).

Ces procédés ne sont pas utilisés de façon systématique, mais plutôt de façon ponctuelle pour marquer le décalage entre la vie réelle et les souvenirs ou pour montrer les lieux qui ne sont pas représentés concrètement dans l’espace scénique (le parcours des parents dans la ville de Rome, le voyage en paquebot et l’escale à la plage, etc.).

Cette succession des formes et des procédés rythme le spectacle et contribue à créer une ambiance ludique. Le personnage de Xavier, narrateur de l’histoire, est un ancrage affectif fort, qui permet aux jeunes spectateurs d’avoir un rapport plus intime au récit, de se sentir concernés et touchés par les difficultés que notre enfant-héros doit surmonter. La relation forte entre les trois protagonistes est porteuse d’humour et d’espoir. Xavier y trouve apaisement et réconfort. On souligne ainsi l’importance de ces grandes amitiés de l’enfance, qui marquent profondément le parcours de tous ceux qui en vivent l’expérience.

Devis technique

Document d'accompagnement